Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/224

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
218
ŒUVRES DE STENDHAL.

l’emportait sur le métier : le batelier était triste et refrogné. Comme il chauffait sa machine avec des bûches de bois blanc, qu’il prend, je crois, près d’Ouchy (le port de Lausanne), il s’est allé rappeler qu’un rival l’avait menacé d’introduire une livre de poudre dans quelqu’une de ces bûches. De là, menaces, exclamations, malheur, figure abominable à regarder.

Je rencontre une famille milanaise qui porte un nom allemand ; naturel charmant et gai de la jolie madame Krm. Grand Dieu ! quelle différence avec Genève et même avec Paris ! Que d’esprit, mais que de naturel ! Sans qu’ils s’en doutent le moins du monde, les bons habitants de Milan sont probablement à la tête de la civilisation.

En général, l’homme bon, c’est l’homme heureux, et le bonheur n’est pas de posséder, mais de réussir. Les Milanais ont été si heureux, d’abord de 1796 à 1799, et ensuite de 1800 à 1814, que, quoi que puisse faire l’Autriche, ils sont encore le peuple le meilleur et le plus aimable de l’Europe.

Remarquez que l’Autriche est juste et raisonnable dans tout ce qui n’a pas rapport à la politique. Ne lisez jamais le journal, ne parlez jamais d’aller à Paris, contentez-vous de faire l’amour ou de gagner de l’argent, et vous ne serez vexé que très-légèrement.

On prétend qu’à Vienne le décret pour le rétablissement des jésuites est signé ; mais il est de fait que les prêtres du Milanais, assez bonnes gens, malgré leur habit, n’oseraient se permettre les refus d’inhumation et autres plaisanteries tristes qui paraissent chaque mois dans les Débats[1]. L’esprit de Joseph II semble encore l’emporter souvent sur les craintes qu’inspirent les libéraux et l’espoir de les dompter par les prêtres.

Sur le bateau à vapeur, nous nous enivrons de limonade gazeuse ; elle est excellente. Le bateau était rempli de petits traités religieux, distribués gratis par les momiers ; il y en avait en

  1. Voir la croix de mission plantée à Angoulême en septembre 1837.