Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/223

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
217
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

On m’a montré il y a trois jours à Champey, à une portée de fusil de la porte méridionale de Genève, le lieu où l’Espagnol Servet, né en 1509 comme Calvin, fut brûlé.

Il fallait peut-être l’âme généreuse, bonne, irascible de Luther, pour porter les peuples à douter de Rome. (C’est la plus grande action des temps modernes.) L’esprit exact, l’éloquence inattaquable de Calvin étaient faits pour compléter la victoire.

Je dois à l’extrême obligeance de M. C. d’avoir parcouru pendant plusieurs heures des manuscrits autographes de Calvin, homme comparable à Lycurgue, et, comme le législateur ancien, exécré de tout ce qui est plat.

Quand on glisse sur le lac, le second plan du paysage est admirable, surtout du côté de Thonon. À la vérité, on ne voit pas le mont Blanc, on est trop près, la vue est arrêtée par les montagnes du second ordre, sur lesquelles repose sa base. Mais ces montagnes elles-mêmes sont d’un aspect admirable. Là se trouvait, presque vis-à-vis Lausanne, le fameux rocher de Meillerie. La description qu’en donne l’amant de Julie est toujours fort exacte. Seulement M. Séard, ingénieur de l’empereur Napoléon, a fait sauter la base des rochers de Meillerie, pour établir la magnifique route qui conduit au Simplon.

Mais lorsque l’on parcourt le lac de Genève, le premier plan du paysage, formé, en général, par des champs cultivés, est assez plat. On songe malgré soi au produit des terres, à la fabrique, etc.

Il en est bien autrement des lacs de la Lombardie : il est vrai que ce sont les plus beaux du monde. Le premier plan est aussi joli que le second est grand et magnifique. Rappelez-vous la vue de Belgirate (lac Majeur), la Cadenabia (lac de Côme), Salo (lac de Garde), etc., etc.

Dans tous les pays du monde le métier de marin rend les gens gais, ou du moins donne de la rondeur à leurs manières. Dans mon bateau à vapeur de ce matin, le caractère génevois