Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/222

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
216
ŒUVRES DE STENDHAL.

Mais mon vers, bien ou mal, dit toujours quelque chose.

Un livre genevois n’est jamais absolument vide.

Que dire du lac de Genève, qui ne semble exagéré à qui ne l’a jamais vu ?

Les agréments du lac me semblent doublés depuis les bateaux à vapeur. J’avais affaire à Lausanne (à douze grandes lieues de Genève). L’Aigle m’y a conduit ce matin, faisant, je crois, quatre lieues à l’heure, et je suis revenu ce soir avec la même rapidité. L’Aigle a une forme extrêmement allongée, un tiers de plus que les autres bâtiments.

J’avais apporté un gros sac de livres ; j’ai lu, ce qui était un peu ridicule et pédant sous les yeux des dames ; j’ai étudié Calvin.

En 1509, ce grand homme naquit en France ; en 1555, la réforme s’établit à Genève.

Calvin y arrive en 1536 ; son esprit austère l’en fait chasser ; il se réfugie à Strasbourg ; mais en 1541 il est rappelé et règne à Genève jusqu’à sa mort, arrivée en 1564. Ainsi Calvin a eu vingt-trois ans pour donner des lois à son peuple. Ce peuple aimait le plaisir, et d’abord fut rebelle ; mais Calvin établit à Genève l’inquisition la plus terrible sous le nom de consistoire.

Tout ce qui a été dit de l’inquisition s’applique au consistoire, qui avait la censure sur les actions. Gruec a la tête tranchée pour avoir écrit ; Servet est brûlé vif en 1553. Cette action couronna la vie du législateur de Genève. Il fut désintéressé comme un homme[1] exécré qui a régné sur la France. Calvin, tout-puissant à Genève, reçut toute sa vie, pour chacun an, cent cinquante francs en argent, quinze quintaux de blé et deux tonneaux de vin ; son héritage fut estimé trois cent quatre-vingt-cinq francs.

Le frère de Calvin, qui s’était aussi réfugié à Genève, y vécut petitement et pauvrement de son métier de relieur ; son frère ne lui fit pas avoir une belle place de finance.

  1. Robespierre.