Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
195
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

ouvriers de Genève choquent les étrangers, surtout les étrangers nobles : ils ne sont jamais obséquieux.

Je vais voir la statue de Rousseau dans la petite île au milieu du nouveau pont ; c’est une nouveauté pour moi ; honneur à M. Pradier, artiste génevois ! Il voit l’antique, mais il voit aussi la nature ; c’est l’homme, parmi les contemporains, qui, quelquefois, fait le mieux un bras et une jambe. Si ses statues de marbre étaient brisées et enterrées et qu’un jour on en retrouvât seulement des fragments, on ne saurait à quel siècle les attribuer, et ils seraient placés avec vénération dans quelque musée.

La statue de Jean-Jacques, comme le peuple dit à Genève » peut avoir huit pieds de proportion. La tête est fort belle, et, vue de face, la figure tout entière fait un très-bon effet. Jean-Jacques est assis vis-à-vis de ce lac qui lui fut si cher. Qu’il eût été heureux de savoir qu’on lui élèverait une statue dans sa patrie, qu’il crut ingrate, et qu’elle serait ainsi placée !

Rousseau, assis, a saisi un crayon ; on le voit absorbé dans la pensée qu’il est sur le point d’écrire ; de la main gauche il tient une tablette qui repose sur le genou. Son attitude, indiquée dans les Confessions, est celle d’un homme qui se jette hors de son lit pour noter une idée qui le tourmente. Le haut du corps est à peine caché par la chemise ; la figure est assise.

On vient de finir le piédestal. On a pris dans les Alpes voisines un de ces énormes blocs de granit, amenés par les eaux et venus on ne sait d’où ; ce granit poli est d’un ton gris assez agréable.

Tandis que je considérais cette statue, un passant s’est arrêté ; j’ai engagé la conversation avec lui.

« Monsieur, m’a-t-il, le 28 juin on a fêté Jean-Jacques ; c’était l’anniversaire de sa naissance. C’est une fête pour les enfants ; environ deux mille, des deux sexes, sont venus passer en procession devant la maison où il est né. Ensuite, descendant la rue jusqu’au lac, ils sont venus déposer au pied de cette statue les fleurs qu’ils portaient à la main. Comme vous pouvez le