Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

peine ; le territoire d’Erdéven, comme celui de Carnac, se compose d’un vaste banc de granit, à peine recouvert d’un peu de terre végétale.

Ces avenues ont près de cinq cents toises de longueur ; elles semblent se diriger vers un monticule à peu près circulaire, haut de vingt-cinq pieds, aplati à son sommet. Les avenues touchent à sa base, et, le laissant à gauche, elles continuent en ligne droite pendant quelques centaines de pieds. Elles arrivent à un petit lac ou mare ; pour l’éviter, elles s’écartent légèrement vers le nord-est, puis reprennent jusqu’à cent toises au delà leur direction première. Vers l’est, la hauteur des blocs augmente sensiblement ; les avenues finissent à un peu moins de neuf cents toises de Kerzerho. Il y a là un tumulus[1].

Cette antique procession de pierres profite de l’émotion que donne le voisinage d’une mer sombre.

Nous sommes allés, toujours par la pluie, au misérable village d’Erdéven, pour faire allumer un fagot et donner quelques poignées de grain au malheureux cheval. De là, la pluie et le vent redoublant, nous avons gagné Carnac. J’y ai trouvé d’autres

  1. Pour peu que le lecteur trouve dignes d’attention les monuments celtiques ou druidiques, je l’engage à apprendre ces cinq mots par cœur :

    Menhir, Peulven, Dolmen, Tumulus, Galgal.

    Menhir, c’est le nom que l’on donne en Bretagne à ces grandes pierres debout, beaucoup plus longues que larges.

    Peulven indique les pierres debout de médiocre grandeur.

    Un Dolmen littéralement table de pierre, n’est quelquefois qu’une pierre verticale qui en supporte une autre dans une position horizontale, comme un T majuscule. Souvent plusieurs pierres verticales soutiennent une seule pierre horizontale.

    Tout le monde sait que par le mot latin Tumulus on désigne des monticules de terre élevés de mains d’hommes, et qu’on suppose recouvrir une sépulture.

    Galgal est une éminence artificielle composée en majeure partie de pierres ou de cailloux amoncelés.