Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/16

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
10
ŒUVRES DE STENDHAL.

nent aujourd’hui. Au fait c’était moi qui étais le sot, j’oubliais de regarder un beau pays où je ne retournerai plus.

Sur les bords solitaires du canal de Vannes, j’aurais donné beaucoup d’argent pour voir arriver une charrette ; j’étais réellement hors d’état de faire cent pas. Si les bords de ce canal n’eussent pas été aussi humides, je me serais mis à dormir pour un quart d’heure. Enfin il a bien fallu remonter à la ville, mais en m’asseyant toutes les cinq minutes. J’ai trouvé un matelot qui arrangeait sa barque ; il m’a pris, je crois, pour un voleur, quand je l’ai prié de me vendre un verre de vin ; car je voyais une bouteille dans la barque. L’excès de la fatigue ne me laissait pas le temps d’être poli, et il a eu l’air fort surpris quand je l’ai payé.

Je suis arrivé à l’auberge pour le souper à table d’hôte ; tous ces messieurs étaient fort occupés des dépenses du pont sur la Vilaine, estimées neuf cent mille francs, et qui s’élèveront, dit-on, à plus d’un million et demi. Ces voyageurs avaient l’air pénétré de respect en prononçant le nom de ces sommes considérables. Rien n’est plaisant, selon moi, comme la physionomie d’un provincial nommant des sommes d’argent ; et ensuite, après un petit silence, avançant la lèvre inférieure avec un hochement de tête. Ces messieurs, d’ailleurs gens d’esprit, prétendent qu’on va rappeler dans le pays M. Lenoir, l’ingénieur en chef qui avait fait le devis, montant à neuf cent mille francs. Je fais grâce au lecteur de toutes les calomnies, du moins je dois le croire, dont cette somme si respectable de un million cinq cent mille francs a été le signal.

On a passé ensuite à la haute politique ; il est imprudent d’envoyer dans ces contrées des régiments dont les officiers sont liés naturellement avec les gentilshommes du pays. Ici, la conversation a été tout à fait dans le genre de celles de Waverley et fort intéressante pour moi.

Cette admirable journée de voyage, si remplie de sensations imprévues depuis la Vilaine, n’a fini qu’à une heure du matin par