Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
127
MÉMOIRES D’UN TOURISTE.

Montbonot, où j’étais ce matin, Saint-Ismier, la Terrasse et tous les villages de la rive droite. Dans ce pays, je passerais tout mon temps à la campagne : les habitants des villes ont beaucoup de la finesse des Normands ; l’avarice des pères est barbare envers les enfants.

Le premier plan du paysage, vu de Domène, c’est l’Isère, qui semble d’ici plus encaissée ; puis les villages le long de la grande route de la rive droite : celle-ci est indiquée par des files de grands noyers ; puis des vignes, et, au-dessus des vignes, d’immenses précipices : ce sont des rochers gris, escarpés, écorchés, presque à pic, qui semblent près de s’écrouler. De temps en temps, ces rochers arides et déchirés sont couronnés par quelques bouquets de petits sapins qui s’aventurent au bord des précipices. Quel contraste entre cette côte aride et celle où je suis comme enfoui dans la plus fraîche verdure !

On se croirait à cent lieues de la vue de la rive droite, tant les aspects sont différents, et cependant c’est le même pays, c’est la même rivière ; Domène est vis-à-vis de Montbonot, et n’en est pas éloigné de deux lieues. Avec ce pays si riche devant soi, on a des échappées de vue charmantes à droite et à gauche ; ces perfections sont bornées, à cinq ou six lieues, sur la gauche, par les montagnes derrière Voiron, et par le pic de Montméliant à droite. Deux fois des paysans m’ont rappelé aujourd’hui ce qu’on fit jadis à Paris, le 10 août.

La plaine partagée par l’Isère, et qui sépare les deux villages de Montbonot et de Domène, est d’une fertilité admirable. Je ne puis comparer cette végétation qu’à celle de la Lombardie. Le Grésivaudan est couvert en ce moment de vastes pièces de chanvre, dont plusieurs tiges ont jusqu’à quatorze pieds de hauteur. La vue de la vallée de l’Isère est plus resserrée et peut-être moins magnifique que celle des plaines des environs de Bologne (Italie), mais elle est bien autrement pittoresque et variée.

On ne fait pas deux lieues de Grenoble vers Chambéry sans trouver à droite, du côté de Domène, de charmantes petites