Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
116
ŒUVRES DE STENDHAL.

des Romains. Il a cent huit pieds de haut et trois cents de large.

On ne peut se lasser de considérer cette muraille si grande, si simple, si bien bâtie, si bien conservée. Elle est décorée de deux rangées d’arcades et d’un attique. Au milieu est une grande porte qui servait probablement d’entrée aux acteurs.

Ainsi qu’au pont du Gard, les Romains nous donnent partout le sentiment du plus profond respect et de la plus vive admiration par des édifices destinés à l’usage le plus simple. C’est le propre d’un grand caractère.

Ce mur a douze pieds d’épaisseur ; il est composé de pierres énormes, jointes sans aucun ciment, et dont quelques-unes ont quinze pieds de longueur.

Dans le haut de la façade extérieure, on voit deux rangées de pierres saillantes ; quelques-unes de celles de la première rangée sont percées par un trou vertical. Avant la construction de la corniche, ces pierres servaient probablement à recevoir des mâts qui soutenaient les toiles, au moyen desquelles les spectateurs étaient préservés de l’ardeur du soleil. Il existe encore des salles, et l’on voit des escaliers, dont deux marches sont taillées dans le même bloc. On reconnaît des traces d’incendie.

Du haut de la montagne contre laquelle le théâtre est bâti, et où l’on trouve les ruines d’un château construit avec les pierres du théâtre, nous avons joui d’une vue assez étendue : d’un côté, c’est le cours du Rhône et le beau pont Saint-Esprit ; de l’autre, le mont Ventoux, dont la cime est couverte de neige pendant neuf mois de l'année ; c’est, dit-on, une des premières montagnes qu’on aperçoit lorsqu’on arrive par mer à Marseille.

Lapise, Histoire d’Orange, page 29, dit que cette ville possédait encore d’autres édifices : un amphithéâtre, des thermes, un aqueduc dont il ne reste plus que quelques arcades enclavées dans les murs des maisons ; ces arcades sont bâties en petites pierres carrées. Le sol de la ville d’Orange s’est élevé de deux ou trois pieds. La campagne des enviions est couverte d’une effroyable quantité de pierres.