Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, I, Lévy, 1854.djvu/230

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rement gémissant : Telle partie est du onzième siècle, telle autre du quatorzième.

1° Remarquez que le plus grand nombre des églises a été en construction au moins pendant cent cinquante ans.

2° On sait le nom de la province où l’on se trouve, le Poitou, l’Auvergne, la Bretagne, etc. ; or, le nom de la province étant connu, les chapiteaux des colonnes donnent la date, à cinquante ans près, car ils sont formés :

Par des bas-reliefs à personnages,

Par des feuilles imaginaires,

Ou par des feuilles de vigne ou autres, fort bien copiées d’après nature.

PERFECTION DU GOTHIQUE.

À Reims, cathédrale commencée pendant l’époque de transition du roman au gothique.

À Rouen, Saint-Ouen, pur gothique fleuri et quelque peu de flamboyant. Le gothique fleuri copié les végétaux d’après nature.

Tout édifice nommé Sainte-Chapelle (en style ecclésiastique, sorte de collégiale) n’a qu une nef et présente la forme d’une cage vitrée.

Dans le midi de la France, les édifices les plus considérables ont été élevés quand le style roman était à la mode, de 1000 à 1200.

Dans le Nord, sous le règne du style gothique, de 1200 à 1500[1].

Chaque province, en France, a eu son beau moment, celui où l’on y faisait de belles choses. Les révolutions successives de l’art ont été avancées ou reculées par les circonstances particulières à cette province.

Influence des matériaux : en Poitou, un ouvrier pouvait faire

  1. Voir la Chronologie du roman et du gothique, p. 50.