Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, I, Lévy, 1854.djvu/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.


trouve des lecteurs. J’en doute ; l’auteur ne ménage aucune coterie. Il fallait, suivant moi, supprimer tout ce qui pouvait déplaire au faubourg Saint-Germain, ou tout ce qui pouvait déplaire au National.

Mes opinions politiques sont différentes de celles de l’auteur, et plus sages ; mais il a tenu à n’être point adouci.

H. B.