Page:Stendhal - De l’amour, I, 1927, éd. Martineau.djvu/131

Cette page n’a pas encore été corrigée
100
DE L’AMOUR

ce qu’on appelle dans le monde de, mauvais sujets. Je doute fort que l’air Caton ait jamais occasionné de coup de foudre.

Ce qui les rend si rares, c’est que si le cœur qui aime ainsi d’avance a le plus petit sentiment de sa situation, il n’y a plus de coup de foudre.

Une femme rendue méfiante par les malheurs n’est pas susceptible de cette révolution de l’âme.

Rien ne facilite les coups de foudre comme les louanges données d’avance et par des femmes, à la personne qui doit en être l’objet.

Une des sources les plus comiques des aventures d’amour, ce sont les faux coups de foudre. Une femme ennuyée, mais non sensible,’se croit amoureuse pour la vie pendant toute une soirée. Elle est fière d’avoir enfin trouvé un de ces grands mouvements de l’âme après lesquels courait son imagination. Le lendemain elle ne sait plus où se cacher, et surtout comment éviter le malheureux objet qu’elle adorait là veille.

Les gens d’esprit savent voir, c’ést-à-dire mettre à profit ces coups de foudre-là.

L’amour physique a aussi ses coups de foudre. Nous avons vu hier la plus jolie femme et la plus facile de Berlin, rougir tout à coup dans sa calèche où nous étions avec elle. Le beau lieutenant Findorff