Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Chroniques italiennes, Lévy, 1855.djvu/330

Cette page n’a pas encore été corrigée


ple, retardèrent beaucoup trop la guerre indispensable que les lucumons voulaient faire à Rome envahissante. Les Romains plaçaient leurs tombeaux le long des grands chemins ; un tombeau romain vise toujours à être un édifice remarquable ; on y mettait une inscription indiquant les choses louables qu’avait faites pour l’utilité de sa patrie le personnage qui y était déposé. Probablement les prêtres étrusques n’admettaient point cette idée mondaine et basse d’utilité ; il fallait obéir aux dieux avant tout.

La plupart des voyageurs ont vu dans les salles du Vatican, et j’ose le dire, avec une sorte de respect, le tombeau de cet ancien Scipion, qui fut consul, censeur, et qui mérita bien de sa patrie. L’inscription qui nous apprend ces choses est tracée en lettres irrégulières et mal formées ; l’orthographe est antérieure à celle de Cicéron, ce qui n’empêche pas un jeune savant français de prétendre que cette inscription a été renouvelée dans les temps du Bas-Empire ; il est vrai que ce jeune savant, qui sera de l’Institut, n’a jamais vu le Vatican. On voit, par l’exemple de ce tombeau de Scipion et par celui de cent autres moins connus, qu’un tombeau romain fut toujours, même dans les temps les plus voisins de la fondation de la ville, un monument élevé à la gloire toute mondaine d’un personnage plus ou moins marquant par ses exploits ou par ses dignités.

En général, on ne trouve point de tombeaux étrusques au midi du Tibre et point de tombeaux romains au nord de ce fleuve. Un tombeau romain est ordinairement un