Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Armance, Lévy, 1877.djvu/33

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vers le lac, dans un champ planté de saules. Je mourais de crainte, mais le sacrifice était fait ; les plus grands dangers n’étaient pas capables de m’arrêter ; je regardais les épaules de mon cheval, et les trois pieds qui me séparaient de terre me semblaient un précipice sans fond ; pour comble de ridicule, je crois que j’avais des éperons. Mon jeune cheval fringant galopait donc au hasard au milieu de ces saules, quand je m’entendis appeler : c’était le domestique, sage et prudent, du capitaine Burelviller qui, enfin, en me criant de retirer la bride et s’approchant, parvint à arrêter le cheval, après une galopade d’un quart d’heure au moins dans tous les sens. Il me semble qu’au milieu de mes peurs sans nombre, j’avais celle d’être entraîné dans le lac.

» Que me voulez-vous ? dis-je à ce domestique, quand enfin il eut pu calmer mon cheval. — Mon maître désire vous parler. »

» Aussitôt je pensai à mes pistolets ; c’est sans doute quelqu’un qui veut m’arrêter. La route était couverte de passants, mais toute ma vie j’ai vu mon idée et non la réalité, comme un cheval ombrageux, me disait, dix-sept ans plus tard, M. le comte de Tracy.

» Je reviens fièrement au capitaine, que je trouvai obligeamment arrêté sur la grande route. « Que me voulez-vous, monsieur ? lui dis-je, m’attendant à faire le coup de pistolet.

» Le capitaine, d’un air narquois et fripon, n’ayant rien d’engageant, bien au contraire, m’expliqua qu’en passant la porte Cornavin, on lui avait dit : « Il y a là un jeune homme qui s’en va à l’armée, sur ce cheval, et qui n’a jamais vu l’armée, ayez la charité de le prendre avec vous pour les premières journées. »

» M’attendant toujours à me fâcher et pensant à mes pistolets, je considérais le sabre droit et immensément long du capitaine Burelviller qui, ce me semble, appartenait à l’arme de la grosse cavalerie, habit bleu, boutons et épaulettes d’argent.

» Je crois que pour comble de ridicule j’avais aussi un sabre ; même en y pensant, j’en suis sûr. Autant que je puis en juger, je plus à ce M. Burelviller, qui peut-être avait été