Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Armance, Lévy, 1877.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et après moi, voilà tout, et comme vous le savez, ma bonne amie, en France, tant vaut l’homme, tant vaut la place. Je suis de la vieille génération, comme disent ces insolents ; je disparaîtrai bientôt, et avec moi tous les liens que mon fils peut avoir avec la société ; car il est un instrument de notre chère marquise de Bonnivet, mais n’est pas un objet pour elle. Il fallait chercher, en mariant Octave, des appuis dans le monde plutôt même que de la fortune. Je lui vois un de ces mérites distingués, si vous voulez, pour réussir tout seul. J’ai toujours vu que ces gens si sublimes ont besoin d’être prônés, et mon fils, loin de flatter les faiseurs de réputation, semble trouver un malin plaisir à les braver et à leur rompre en visière. Ce n’est pas ainsi qu’on réussit. Avec une famille nombreuse et bien établie il eût passé dans la société pour être digne du ministère, il n’est vanté par personne, il ne sera qu’un original.

Madame de Malivert se récria beaucoup sur ce mot. Elle voyait que quelqu’un avait chambré son mari.

Il continua de plus belle. — Oui, ma bonne amie, je ne voudrais pas jurer que la facilité à se piquer que montre Octave, et sa passion pour ce qu’on appelle des principes depuis que les jacobins ont tout changé parmi nous, même notre langue, ne le jettent un jour dans la pire des sottises, dans ce que vous appelez l’opposition. Le seul homme marquant qu’ait eu votre opposition, le comte de Mirabeau, a fini par se vendre ; c’est un vilain dénoûment et que je ne voudrais pas non plus pour mon fils. — Et c’est aussi ce que vous ne devez pas craindre, répliqua vivement madame de Malivert. — Non, c’est dans le précipice opposé qu’ira s’engloutir la fortune de mon fils. Ce mariage-ci n’en fera qu’un bourgeois vivant au fond de sa province, claquemuré dans son château. Son caractère sombre ne le porte déjà que trop à ce genre de vie. Notre chère Armance a de la bizarrerie