Ouvrir le menu principal

Page:Stendhal - Armance, Lévy, 1877.djvu/160

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


recte. Ma faveur ne peut résister à ce double danger. Bientôt en gardant soigneusement tous les dehors de l’amitié la plus empressée, et en m’accablant de reproches sur la rareté de mes visites, madame de Bonnivet me mettrait dans la nécessité de les rendre fort rares.

Par exemple, j’ai l’air d’être à demi converti au mysticisme allemand ; elle me demandera quelque démarche publique et par trop ridicule. Si je m’y soumets par amitié pour Armance, bientôt l’on me proposera quelque chose de tout à fait impossible.


XI


Somewhat light as air.
There’s language in her eye, her check, her lip,
Nay, her foot speaks ; her wanton spirits look out
At every joint and motive of her body.
O these encounterers, so glib of tongue,
That give accosting welcome ere it comes.

Troilus and Cressida, act. IV.


Il était peu de salons agréables appartenant à la société, qui trois fois par an va chez le roi, dans lesquels Octave ne fût admis et fêté. Il remarqua la célébrité de madame la comtesse d’Aumale. C’était la coquette la plus brillante et peut-être la plus spirituelle de l’époque. Un étranger de mauvaise humeur a dit que les femmes de la haute société en France ont un peu le tour d’esprit d’un vieil ambassadeur. C’était le caractère de l’enfance qui brillait dans les manières de madame d’Aumale. La naïveté de ses réparties et la gaieté folle