Ouvrir le menu principal

Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/77

Cette page n’a pas encore été corrigée

Chap.
ⅹⅺ
.
elle l’obligera à jetter abondamment, s’il revoie cette fumée pendant un quart d’heure.

La vigne sauvage ou viorne qui croist dans les hayes, coupée menu toute verte, & concassée ensuitte, jette une odeur qui a la vertu de faire jetter abondamment. On dit qu’elle nuit à la veuë mais l’experience vous fera voir le contraire : elle a le plus de vertu lors qu’elle est en fleur : A dire nettement mon avis, je n’ay pas trouvé grand soulagement aux parfums, je les ay voulu pourtant mettre icy pour contenter tout le monde, mais siringuant un Cheval on a l’effet des parfums, & mesmes des plumaceaux, & on ne le dégoûte pas ; mais comme les parfums sont en grande recommendation aux Mareschaux, & qu’ils vous les proposent sans cesse, j’ay donné la description du meilleur qu’on puisse faire, & le meilleur n’est pas grand chose, & je ne conseille à personne de s’en servir.

Pendant que vous pratiquez tous ces remedes, il faut nourrir le Cheval d’alimens qui humectent, car on facilite les évacuations qu’on est obligé de faire : quelques-uns desaprouvent le son mouillé, & veulent donner de l’avoine: pour moy je me suis toujours tres-bien trouvé de ne leur donner que du son; car l’avoyne occupe trop la nature pour la digérer.

J’ay veu des Chevaux jetter par les nazeaux six années entières, qui ne laissoient pas de servir & de courre à la chasse, de fatiguer, & de manger comme les autres ; mais enfin cette maladie les emportoit, on n’y faisoit plus de remede, & on laissoit faire la nature, les nourrissant comme les autres.

J’en ay veu d’autres qui ne sont point gueris pendant qu’on leur faisoit ces remedes ; & qui quelque temps apres, lorsqu’on n’esperoit plus de guerison, ont esté parfaitement gueris, mais le nombre en est petit.


CHAP.
ⅩⅫ.
Autre remede pour la Morve.


PRenez un pot capable de contenir cinq chopines ou trois pintes, emplissez-en le tiers avec la seconde écorce d’aune, vulgairement appelle verne, c’est un arbre qui croist le long des eaux, qui sert à faire des sieges, des échelles, & autres meubles de bois de peu de valeur, le bois tire sur le rouge quand il est écorcé : rapez ou coupez menu cette écorce, mettez dans ce pot deux pintes d’eau, faites boüillir à petit feu jusques à la consomption de la moitié remuant par fois, ainsi il ne doit rester