Ouvrir le menu principal

Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/553

Cette page n’a pas encore été corrigée

Chap.
ⅽⅼⅹⅹⅹⅵ
.
ter toute la jambe avec l’onguent du Duc tous les jours : dans un mois il fut guery, quoy que ce Cheval eût esté condamné par les Mareschaux à estre estropié, il ne boitta plus au bout de six semaines, bien que les nerfs & les os fussent découverts ; mais ils n’estoient ny froissez ny meurtris, & je puis dire qu’il guerit tres-promptement, contre mon esperance. Je croyois que le mal seroit plus long, parce que la couronne du pied malade estoit enflée & enflammée, en sorte que je craignois que le sabot ne se dessoudast & ne tombast ; je mis veritablement sur le plis du pâturon où estoit l’enchevestrure, de l’emmiellure blanche, mais ce fut apres avoir mis sur la couronne un bon astringent fait avec de la chaux vive en poudre démélée avec de l’eau seconde, & bien bandé le tout avec une enveloppe, & sur l’emmiellure j’ajustay une autre enveloppe ; je continay de la sorte, la couronne se resserra tres-bien & le reste guerit ensuite, & il tomba des escarres à faire peur aux novices ; finallement tout alla bien, mais il n’en est pas toujours de mesme, car plusieurs en sont demeurez estropiez.

De cette cure vous pouvez juger quel effet produit cette emmiellure blanche.

Je pourrois vous propofer d’autres remedes pour les enchevêtrures, mais cét exemple suffit pour vous instruire. Si le mal est petit, sans enflure, & qu’il n’y ait qu’à dessécher, servez-vous des onguents décrits aux Chapitres ⅭⅬⅩⅩⅪ. ⅭⅬⅩⅩⅫ. & ⅭⅬⅩⅩⅩⅢ. ou bien du savon noir avec l’esprit de vin.

Une simple enchevestrure se guerit avec l’onguent du Duc ou de l’huile & du vin parties égalles cuites ensemble, jusqu’à ce que le vin soit évaporé, puis l’appliquer tous les jours sur le mal, il sera bien tost guery.


CHAP.
ⅽⅼⅹⅹⅹⅶ.
De la Faim-vale.

JE diray icy un mot d’une incommodité qui n’est pas bien ordinaire aux Chevaux, de laquelle neantmoins quelques-uns sont atteints. On l’appelle communément la Faim-vale, & les plus habiles connoisseurs y seront trompez, parce qu’elle ne donne aucun signe, ny mesme le moindre indice que le Cheval en soit atteint, hors qu’il est maigre, on s’en apperçoit seulement dans le temps de l’accez : je ne m’étendray point sur la definition ny sur les causes du mal, parce qu’il est incurable ; les