Ouvrir le menu principal

Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/529

Cette page n’a pas encore été corrigée

Chap.
ⅽⅼⅹⅹⅷ
.
jeunes, pour avoir les jarrets foibles & petits, de mesme que pour les autres causes, dont nous avons parlé dans les autres maux du jarret.

Pour la cure, on peut tenter les mesmes remedes que nous avons ordonné aux esparvins, mais assez inutilement : le seul remede est le feu, & qui encore ne la guerit pas ; car il la resserre peu ou point, mais ce qu’on peut esperer du feu, c’est qu’il empéche que la courbe ne grossisse davantage.

Comme le feu est tres utile pour plusieurs des maux precedens, je crois qu’il est bon de vous enseigner la maniere dont on doit le donner.


CHAP.
ⅽⅼⅹⅹⅸ.
Methode pour donner le feu au Cheval.


AMoins que la necessité ne vous y oblige, il faut toûjours donner le feu à un Cheval pendant le decours de la Lune ; le meilleur temps est cinq ou six jours apres la pleine.

Dans le cours de ce Livre, nous avons expliqué une partie des endroits & des maux ausquels il faut donner le feu, mais pour ôter une difficulté qu’on propose souvent, si on peut sans peril donner le feu sur des parties nerveuses, & si l’on ne doit pas apprehender de les estropier.

Je soûtiens qu’on peut donner le feu par tout sans aucun danger pourveu qu’on ne perce pas le cuir avec les coûteaux de feu dont on se sert : pour bien donner le feu, premierement il faut avoir la main legere, c’est à dire qu’on n’appuye pas beaucoup avec le couteau de feu sur les rayes qu’on fait, & que les couteaux ne soient que simplement rouges, & non flambans, c’est la seconde observation, & qu’ils ne doivent estre chauffez qu’avec du charbon de bois, voylà pour la troisiéme. Ainsi pour bien donner le feu, il faut observer trois choses que celuy qui le donne aye la main legere, qui est de ne point appuyer avec le coûteau de feu sur la raye qu’il fait, voylà la premiere ; la seconde que les coûteaux soient seulement rouges & non flambans ; la troisiéme de ne les chauffer qu’avec du charbon de bois. Estant donné de la sorte, il reüssira tres bien par tous les endroits du corps, & les nerfs n’en peuvent estre endommagez, non plus qu’aucune autre partie n’en souffrira pas le moindre préjudice. L’experience en ces occasions, qui est plus forte que tous les raisonnemens, convaincra tout le monde : y a t-il une partie plus pleine de nerfs