Ouvrir le menu principal

Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/518

Cette page n’a pas encore été corrigée

Chap.
ⅽⅼⅹⅹ
.
font le mouvement : tout le monde connoist cette maladie, & apres y avoir cherche beaucoup de remedes, qui ont esté de fortifier la partie avec bon esprit de vin, avec le baume precedent, avec bonnes emmielures ; Enfin je n’en ay point trouvé d’autre pour faire cesser le mal dans le temps, que de prendre la jambe de derriere au Cheval, & luy faire plier le jarret, luy levant le pied comme si on le vouloit ferrer : il faut faire quelque effort pour cela, mais d’abord que le Cheval aura plié le jarret par l’effort que vous ferez, le mal cessera pour le coup ; mais ce sera à recommencer la premiere fois que la grampe reviendra. Je ne m’étendray pas davantage sur ce mal, ce que j’en ay dit suffira pour les Curieux, n’en ayant point donné la connoissance, parce qu’il ne faut qu’avoir des yeux pour s’en appercevoir facilement.


CHAP.
ⅭⅬⅩⅪ.
Des Capelets.


LE Capelet est une tumeur ordinairement sans grande douleur, engendrée d’une matiere flegmatique & froide, qui s’endurcit par sa viscosité.

Cette infirmité naist à la teste du jarret, autrement dite la pointe du jarret, & paroist en cet endroit grosse & détachée de l’os, sans beaucoup de douleur ; elle croist par le travail, mais elle ne devient jamais tres-grosse.

Elle vient ensuite des fatigues, ou lors que le Cheval s’est frotté contre quelque chose de dur, ce qui y appelle la fluxion.

Ce mal est curable dans son commencement, mais il est incurable, lors qu’il est vieil, & lors il est douloureux, & en cet estat-là c’est un grand mal, où il y a peu de remedes hors d’y mettre le feu, & encore le feu ne le resoudra-t’il pas entierement, & pourra revenir si le travail est trop violent.

Pour tenter sa guerifon, il faut étuver le Capelet avec les deux tiers d’eau de vie, & un tiers d’huile de noix, ensuite extrémement frotter avec la main, pour faire penetrer l’eau de vie.

On peut ensuite, ayant razé le poil, appliquer dessus le ceroüenne que nous décrirons cy-apres, ou celuy qui suit.

Ceroüenne resolutif.

Prenez Galbanum une once, Ammoniac trois onces, oppoponax une once & demie, faites infuser le tout dans chopine de vinaigre deux jours entiers, le remuant souvent ; puis faites-le