Ouvrir le menu principal

Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/512

Cette page n’a pas encore été corrigée

Chap.
ⅽⅼⅶ
.
les blancs d’œufs avec un gros morceau d’alun jusqu’à ce qu’ils soient réduits en grosse écume, puis mélez l’eau de vie, le vinaigre, & la farine, broüillez & remuez bien le tout à froid, & en chargez, c’est à dire couvrez le mal de cette composition, de deux en deux heures, jusqu’à ce que l’enflure soit diminuée, ce qui se fera dans vingt-quatre heures.

Autre remede pour resserrer l’enflure d’un coup de pied.

Prenez terre-glaise, ou terre dont on fait les pots de terre, détrempez-la avec vinaigre en pâte claire, puis la faites cuire en remuant jusqu’à ce qu’elle s’épaississe & devienne ferme, ostez du feu, lors qu’elle n’est plus que tiede, mélez parmy de l’eau de vie pour éclaircir encore la terre, comme elle estoit avant de la faire cuire, frottez la partie avec esprit de vin, puis la chargez avec cette composition de trois en trois heures.

Au bout de vingt-quatre heures, lavez la partie pour en oster toute la terre, frottez avec de l’esprit de vin, & rechargez comme auparavant, le mal guérira bien tost.

La remolade du Bohëme décrite cy-devant en parlant des entorces, est excellente pour resoudre l’enflure d’un coup de pied, & toutes sortes d’enflures,


CHAP.
ⅽⅼⅷ.
Pour le gros nerf du jarret estendu & forcé, & pour nerf feru.


LEs Chevaux ont un gros nerf qui leur entoure le jarret, laissant une place vuide entre l’os, où naissent les vessigons : c’est le nerf le plus gros & le plus apparent de tout le corps du Cheval, lequel par un effort dans un travail, ou en le ferrant, ou en descendant dans une pente trop rapide, ou par une chutte, ou pour s’estre embarrassé sous quelque chose de pesant, vient à s’étendre, mesme se tordre avec si grande violence le nerf, qu’il est mouvant comme une corde lâche : lors que le Cheval marche, la jambe pend au jarret abandonnée, comme si elle estoit suspenduë, car le gros nerf ne regle plus son mouvement. L’on croiroit que l’os est fracassé, tant la jambe est hors de son action naturelle ; dans le temps que le Cheval pose le pied à terre, & que le jarret est estendu en son naturel, l’assiette & l’appuy du pied sont bons, mesme on croiroit qu’il a peu ou point de mal ; mais si vous maniez ce gros nerf, vous le trouvez plus mouvant