Ouvrir le menu principal

Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/245

Cette page n’a pas encore été corrigée

Chap.
ⅼⅹⅹⅹⅴ
.
ne doit pas entrer dans les compositions des onguens de pied, il est trop chaud & fait venir des cercles, ce que ces autres ne feront jamais.

Pour faire croistre le pied à un Cheval fort promptement.

Ayant parlé des méchants pieds, j’ay jugé à propos de vous donner la methode de faire croistre la corne, parce qu’un Cheval ayant marché pied nud, & s’estant usé le pied demeure souvent inutile faute d’avoir assez de corne pour le pouvoir brocher : il faut au lieu de suivre la coustume ordinaire de graisser les sabots ou la corne, tous les jours un pouce de large sur la couronne prés du poil, estendre de l’onguent sur de la filasse suffisamment pour entourer toute la couronne sur le sabot, un pouce de large, une envelope, & une ligature sur le tout, renouveller l’onguent deux fois la semaine sur la mesme filasse & continuer, cela fera plus d’effet que la methode ordinaire parce que l’onguent séjournant toûjours sur la corne l’humectera, & en suitte la penetrera toute, ainsi la fera croistre.

Vous prendrez l’un des trois onguents descripts cy-devant selon la nature de la corne que vous voulez faire croistre.


CHAP.
ⅼⅹⅹⅹⅵ.
Des Pieds Solbattus.


LE pied d’un Cheval est dit Solbatu, lors que la sole eft foulée, meurtrie ou altérée, ce qui arrive lors que la solle est trop desseichée & comme privée de nourriture, ou lors que le Cheval marche defferré sur le dur, ou lors que le fer porte sur la sole : ce qui est aisé à connoistre quand on defferre le Cheval, car ayant ôté le fer on void à l’endroit foulé, le fer qui est fort lis & plus usé qu’aux autres endroits.

Un Cheval peut estre solbatu d’une enclouëure qu’on aura negligé de panser, le feu court sous la solle qui y attire la douleur & ensuitte la matiere. Une bleyme peut causer le mesme desordre ; un pied peut estre encore solbatru, sans sortir de l’écurie que pour aller au manege, où le terrain estant doux, selon les apparences, ne le peut rendre solbatu, veu qu’il n’aura pas esté pied nud, allant à la campagne il peut aussi avoir cette incommodité, sans avoir cheminé defferré ; cela vient de ce que le pied estant trop desséché, foule la chair qui est entre le petit pied & la sole, la meurtrit & noircit ; ainsi le Cheval en boitte fort bas, & nonob-