Ouvrir le menu principal

Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/160

Cette page n’a pas encore été corrigée

Chap.
ⅼⅴ
.
frottez encor l’épaule malade avec un quarteron onguent de Montpelier, & le soir avec un verre bonne eau de vie, faites ce mesme manege huit jours de suitte ( je suppose que le Cheval ne se soit point couché tout ce temps-là ) lors tirez le Cheval dehors, pour connoistre s’il ne boitte plus le faisant trotter, & ne boittant plus, laissez-le encor quinze jours de repos pour laisser fortifier la partie.

Que s’il boitte encor apres les neuf jours que j’ay ordonnez, faites luy donner le feu autour du gros mouvement de l’épaule, de la largeur d’une assiette, ledit mouvement sera comme le centre de ce cercle, qu’on fera large comme un assiette, & on percera le cuir avec des bouttons de feu, d’un pouce de distance d’une pointe à l’autre, qui occuperont tout cet espace contenu dans le rond ; un bon cerouene par dessus, & de la bourre sur le cerouëne, entraver le Cheval & un patina l’autre pied, l’escarre tombée on lavera tous les jours le mal avec eau de vie, s’il boitte encor apres que les playes seront gueries, il faut avoir patience & donner le temps au feu d’agir, frottant tous les jours l’endroit brûlé avec l’onguent de Montpelier & promener en main le Cheval. Que si tout cela ne guerit pas vostre Cheval il ne guerira jamais.


CHAP.
ⅬⅥ.
Du Cheval entr’ouvert.


LOrs que l’épaule est entr’ouverte par quelque effort violent, ou que le Cheval boitte extremément par un vieux mal il est à propos de luy pratiquer tout au commencement les remedes que je viens de dire, & ensuitte de luy mettre une Ortie, qui est ce qu’on appelle donner des plumes ; comme ce remede est violent, on doit tenter tous les precedens avant de le pratiquer.

Il faut abattre le Cheval sur un endroit mol, & le tenir en sorte qu’il ne se puisse mouvoir, puis luy broyer l’épaule avec un grais ou une brique, où une pomelle de Corroyeur, si fort qu’on la meurtrisse, mouillant l’épaule avec de l’eau en la broyant ; Il faut remarquer que si vous faites ce remede à un Cheval peu chargé d’épaules, comme sont ordinairement les Chevaux de legere taille qui ont peu de chair aux épaules, il ne faut pas broyer ny meurtrir l’épaule, mais seulement sans l’abattre s’il se peut avec une espatule détacher toute la peau de l’épaule, en passant l’espatule