Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.


quatre hommes, et il l’entendit frapper à la porte du moulin. Un chien se mit à aboyer ; mais personne ne répondit de l’intérieur. Les hommes de l’embuscade mirent la main sur la batterie de leurs fusils, et se tinrent prêts à courir au moindre signe au secours de leurs camarades. On ne voyait aucun mouvement dans la maison ni aux alentours, et quand le chien se taisait, on n’entendait que l’eau qui clapotait sous les vannes. Cette attente dura bien un quart d’heure, pendant lequel le maréchal-des-logis heurta plusieurs fois à la porte, appela à haute voix le meunier, et déclara qu’il serait obligé de recourir à la force si on ne se mettait pas en mesure de lui ouvrir. Enfin, ne recevant aucune réponse, il donna l’ordre d’enfoncer la porte. La plupart des soldats