Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/83

Cette page a été validée par deux contributeurs.


leurs mugissements. Mais M. Brossard n’en était que plus charmé d’avoir une si belle occasion de déployer son activité et son zèle. Il se jeta tout habillé sur son lit après le départ de ses hôtes, recommanda à son adjoint de le réveiller dès que les prisonniers seraient arrivés, et s’endormit paisiblement.

La nuit était noire. Les soldats sortirent du bourg séparément par divers côtés, et se réunirent à quelque distance. Ils ne furent pas un quart d’heure à se rendre à Kerdroguen ; et, sur le minuit, la maison se trouva enveloppée. Caché derrière un massif de pommiers qui croissaient presque au niveau du toit, parce que le moulin était sur une pente, l’adjoint aperçut le maréchal-des-logis de Plumelec qui s’avançait avec ses