Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.


M. Lorois, le préfet, avait cru bien faire en choisissant, partout où il avait pu, d’anciens soldats de la république ou de l’empire ; mais ces proscrits de la veille, devenus inopinément magistrats, manquaient d’autorité et de confiance en eux-mêmes. Il fallut user de menaces et de promesses pour obtenir d’eux quelques avertissements timides. Une ou deux fois le procureur du roi connut, par leur moyen, le rendez-vous d’une bande, et put opérer des arrestations. Les chouans résolurent de se venger des dénonciateurs d’une manière éclatante. Je dis les chouans, et j’ai peut-être tort ; mais enfin ils prenaient ce nom, jadis illustré par de grands courages, et que plusieurs d’entre eux, venus là pour faire le mal, sans aucune croyance politique, étaient indignes de porter.