Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas grand honneur dans l’esprit de ceux qui m’entouraient ; — de ceux surtout qui, n’étant pas mes amis personnels, ne connaissaient pas les événements de mon humble vie. Il faut toujours que la justice humaine puisse rendre sa proie. Qu’elle rende le coupable guéri, quand c’est un coupable ; qu’elle rende le vaincu vivant, quand ce n’est qu’un vaincu. Mais surtout, si elle s’est trompée, qu’elle puisse rendre sa victime.