Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/148

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et plusieurs personnes, qui cessèrent de prendre des précautions, rebroussèrent chemin avec rapidité. Elle se leva alors en se nommant, en appelant par leurs noms Jean Brien, Le Pridoux, tous ceux qu’elle connaissait. On lui cria de loin qu’on n’avait rien à lui dire, que ses recherches compromettaient tout le monde, que si on nous retrouvait, elle et moi, on tirerait sur nous comme sur des bleus. Elle suivit en courant ceux qui la fuyaient, tant qu’elle put les entendre. Ils lui tirèrent un coup de fusil, probablement pour l’effrayer, et se mirent ensuite à courir dans la crainte d’avoir attiré les gendarmes. Je n’étais plus qu’à quelques pas : « C’est moi, Marion, » lui dis-je. Elle comprit cette fois que tout était perdu. Je tirai d’elle ce récit par morceaux