Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/132

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et il lui embrassait la tête et les mains, qu’il couvrait de larmes. Cela dura longtemps avec un emportement d’effroi et de compassion que je ne puis dire. Enfin Yvonic se leva :

« Il n’y a pas de justice, dit-il d’une voix rauque. Il vaut mieux mourir tout de suite. »

Nous n’obtînmes pas d’autres paroles. On vint nous dire qu’il fallait les quitter jusqu’au lendemain. Alors Jean-Louis me dit tout bas :

« Que fait-elle ?

— Elle compte que vous en appellerez, lui dis-je. Ce sera pour tous le coup de la mort si vous vous obstinez.

— À la grâce de Dieu ! dit-il ; mon parti est pris. »

Quand je me trouvai dehors avec M. Jour-