Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/125

Cette page a été validée par deux contributeurs.


traces. Ce sont vos seuls témoins à décharge, il ne peut y en avoir d’autres. Votre obstination à ne pas les dénoncer sera relevée contre vous comme une preuve que vous n’attendez rien de leur témoignage. Jean-Louis, dit-il en s’adressant à l’aîné des frères, vous avez une jeune femme que vous aimez… Je vous indique le seul moyen de vous sauver… »

Marion s’était levée convulsivement en entendant prononcer son nom. Son mari se leva aussi. Sa figure devint rouge, puis toute pâle. Il ouvrit la bouche, comme s’il allait parler ; mais il resta muet. Ses deux frères s’étaient levés à demi en se tournant vers lui. Il regarda Marion, qui avait l’air d’une morte ; mais elle dit à demi-voix, de manière à être entendue jusqu’aux siéges de la cour :