Page:Simon - La Peine de mort, 1869.djvu/111

Cette page a été validée par deux contributeurs.


avoir déjà descendu deux marches ; elle prit un chapelet qui pendait au mur et le mit dans la main de la vieille mère. Je n’essayai pas de résister ; je les suivis. Le prétoire était comble et la foule regorgeait jusque dans la cour ; mais on nous fit place, et nous arrivâmes jusqu’à la barre qui sépare le public de l’enceinte réservée au tribunal. Le procureur du roi était déjà sur son siége ; il pâlit en nous voyant, appela M. Jourdan, et lui parla à l’oreille.

« Je vous comprends bien, dit M. Jourdan à voix haute, mais ni votre autorité ni mes prières n’obtiendraient rien. »

Le procureur du roi fit un geste de résignation, et je suis sûr qu’il pensa en ce moment que jamais le devoir ne lui avait été si dur. Quelques minutes après, il fit porter