Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/60

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE RETOUR

J’ai respiré dans l’air une ivresse connue,
Et la matière inerte elle même a chanté
L’hymne qui, du néant, monte vers la Beauté,
Et le soleil m’a dit qu’elle était revenue.

Elle vient du pays des Couchants, et la Mer,
Pour que, dans sa splendeur, toute splendeur renaisse,
Dans un flot de lumière a trempé sa jeunesse
Et de charmes nouveaux fait mon deuil plus amer.