Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/268

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


III

Je sais encor ton nom, femme qui la première
Fis tressaillir mon être au toucher de ta main,
Et, de tes yeux divins me versant la lumière,
Des calvaires d’amour m’a appris le chemin.

Alors même qu’aux cieux, où l’ombre tend ses toiles,
Du stellaire printemps s’ouvre la floraison,
Le vieux pasteur debout sous le champ des étoiles,
Se souvient de Vesper montant à l’horison.