Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À UNE JEUNE FILLE

Comme un rideau de mousseline
Tendu sur les horizons bleus,
L’automne sur ses pas frileux
Traîne une vapeur opaline.

Adieu l’éclat des jours vermeils !
Sur le berceau tremblant des roses,
L’automne de ses doigts moroses,
Ouvre l’aile des longs sommeils.