Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/140

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRIMAVERA

Voici que les lis ont ouvert
Leurs cœurs étoilés à la brise
Dont le flot de parfums se brise
Aux murs ombreux du grand bois vert.

Le temps revient des envolées
Pour les rêves et les oiseaux,
Et des aveux au bord des eaux,
Et des serments dans les allées.