Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/132

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE TEMPS DES ROSES

Mignonne, voici le printemps.
— Aimons-nous bien au temps des roses. —
L’azur, dans les cieux éclatants,
Rouvre ses portes longtemps closes,
D’où la lumière, en flots vainqueurs,
Descend jusqu’au fond de nos cœurs.
— Aimer ! chanter ! — les douces choses !

Les taillis sont pleins de chansons ;
— Aimons-nous bien au temps des roses. —
Et l’aurore met des frissons
Au cœur tremblant des fleurs écloses.