Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
102
LES AILES D’OR

Ah ! je sentais que désormais
La douleur entrait dans ma vie
Et je n’ai su que je t’aimais
Qu’au jour où tu me fus ravie !