Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MÉLANCOLIE D’AVRIL

Voici que le soleil d’Avril
Vers les renouveaux nous ramène.
Pourquoi le printemps ne peut-il
Rajeunir aussi l’âme humaine ?

Les siècles, comme des hivers,
Ont posé sur ses destinées
Et dépouillé de rameaux verts
Ses espérances surannées.