Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/104

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHANSON MÉLANCOLIQUE

Nous avons passé, ce me semble,
L’un près de l’autre sans nous voir,
Indifférents et sans savoir
Que nos deux cœurs battaient ensemble…
Nous avons passé sans nous voir !

À mon cœur, hélas ! comme au vôtre
Un peu d’amour était bien dû,
Et chacun de nous vole à l’autre
Un bonheur à jamais perdu…
Un peu d’amour nous était dû.