Page:Siefert - L’Année républicaine, 1869.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NIVÔSE.


Voici l’hiver, voici la mort !
Les corbeaux volent sur la neige.
À ces sombres princes du nord
Les tristesses ont fait cortége.

Le vent, aigu comme un remord,
Hurle & sans trêve nous assiége.
Le ciel écrase, le froid mord
Le pauvre que rien ne protége.

Nul bruit humain, nul mouvement.
Rien qu’un lugubre craquement,
Frisson courant de branche en branche.