Ouvrir le menu principal

Page:Siefert - L’Année républicaine, 1869.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



THERMIDOR.


Pas un nuage au ciel, pas une ombre sur terre :
Le lac brillait incandescent ;
Le vallon embrasé fumait comme un cratère
Qui dort farouche & menaçant ;

Le soleil, enivré de sa splendeur torride,
Terrassait aux pieds de l’été
La plaine verdoyante & la montagne aride,
Et le village & la cité.

Dans les chênes feuillus des reflets d’incendie
Passaient mêlés de sang et d’or ;
Et les jaunes rayons de la flamme agrandie
Montaient pour retomber encor.