Ouvrir le menu principal

Page:Siefert - L’Année républicaine, 1869.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18
L’ANNÉE RÉPUBLICAINE.


Et l’homme sous ses pieds sentant frémir la terre,
Déchiffrant d’un coup d’œil le souverain mystère
De sa sérénité,
S’écriait à son tour avec un geste auguste :
— L’harmonie est la loi, le plus grand est le juste,
Liberté, liberté !