Page:Siefert - L’Année républicaine, 1869.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PRAIRIAL.


La senteur des foins mûrs enivrait les vallées ;
Mille insectes bruyants aux ailes affolées
Sur les fleurs voletaient ;
Et, dans la joie intense où tous étaient poëtes,
Scandant leur hymne saint de rumeurs inquiètes,
À la fois ils chantaient.

Tout était plénitude & tout exubérance :
Les plus audacieux défis à la souffrance
Vibraient aux monts déserts.
L’herbe avait des fiertés, l’arbre des énergies :
C’était dans les couleurs d’éclatantes orgies,
Des hourras dans les airs.