Page:Shelley - Œuvres en prose, 1903, trad. Savine.djvu/345

Cette page n’a pas encore été corrigée


SUR LA RENAISSANCE DE LA LITTÉRATURE [1]

Au quinzième siècle de l’ère chrétienne, un événement nouveau et extraordinaire tira l’Europe de son état de léthargie et prépara les voies à sa grandeur actuelle. Les écrits de Dante au treizième siècle, et ceux de Pétrarque, au quatorzième, étaient les brillantes lumières qui avaient donné quelque lueur de savoir littéraire au voyageur tout à fait égaré dans la nuit en son ascension vers la cime de la renommée. Mais à la prise de Constantinople, apparut une lumière nouvelle et soudaine : les noirs nuages de l’ignorance roulèrent au loin, et l’Europe fut inondée de moines érudits, et surtout des savants manuscrits qu’ils rapportaient avec eux de la scène de dévastation. Les Turcs s’établirent à Constantinople, où ils ne prirent aux Grecs que leurs vices habituels : ils négligèrent même les

[2]

  1. (1)
  2. 1. Tiré des Shelley's-Papers, 1833.