Page:Shelley - Œuvres en prose, 1903, trad. Savine.djvu/202

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE COLISEE FRAGMENTS1

A l’heure de midï, le jour de la fête de Pâques, un vieillard, accompagné d’une jeune fille qui paraissait son enfant, entra dans le Colisée à Rome. Ils traversèrent aussitôt l’Arène et, cherchant une entrée solitaire ente les arches de la partie méridionale des ruines, ils s'assirent sur une colonne renversée. Se tenant mutuellement par la main, Ils restèrent dans une sorte de silencieuse contemplation devant ce tableau. Mais les yeux de la jeune fille étaient fixés sur les lèvres de son père, dont l'attitude sublime et paisible en son immobilité, pareille à une image où Praxitèle aurait représenté ie plus grand des poètes, remplissait l'air muet de sourires qui n’étaient point le reflet de formes extérieures. C’était Ïa grande fête de Ia Résurrection, et toute la populatïon de Rome, ainsi que tous les étrangers, qui accourent des diverses parties du monde
1 Shelley papers. Réimprimé correctement par Me Shelley.