Page:Shelley - Œuvres en prose, 1903, trad. Savine.djvu/168

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PROPOSITION POUR ETABLIR LA RÉFORME DU VOTE DANS TOUT LE ROYAUME (1)

Il s’agite actuellement dans cette nation, une grande question qu’aucun homme, aucun parti ne peut trancher avec compétence. Il n’y a pas, en réalité, d’éléments d’appréciation nécessaires pour permettre de prévoir le résultat. Pourtant de la solution il dépend que nous soyons destinés à l’esclavage ou à être des hommes libres. Il n’est pas nécessaire de récapituler tout ce qui a été dit sur la réforme. De l’avis de tout le monde, la Chambre des communes n’est pas une représentation du peuple. La seule question théorique qui subsiste est de savoir si le peuple devra légiférer lui-même, ou être gouverné par des lois et être appauvri par des taxes qui auraient leur origine dans les édits d’une

1. Edition de Londres, 1817.