Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grossières, de joie comme de colère brutale, — constant d’humeur, inaccessible aux caprices du sang, — orné et paré d’une vertu modeste, — habitué à n’accepter le témoignage de ses yeux qu’avec celui de ses oreilles, — et à ne se fier à aucun qu’après un scrupuleux examen ? — Telles étaient les qualités exquises que tu semblais avoir. — Et aussi ta chute a laissé une espèce de marque — qui entache de soupçon l’homme le plus accompli — et le mieux doué ! Je pleurerai sur toi ; — car ta trahison me fait l’effet — d’une seconde chute de l’homme !… (15). Leurs crimes sont patents, — arrêtez-les pour qu’ils en répondent devant la loi ; — et puisse Dieu les absoudre de leurs forfaits ! —


EXETER.

Je t’arrête pour haute trahison, toi qui as nom Richard, comte de Cambridge.

Je t’arrête pour haute trahison, toi qui as nom Henry, lord Scroop de Masham.

Je t’arrête pour haute trahison, toi qui as nom Thomas Grey, chevalier de Northumberland.


SCROOP.

— C’est justement que Dieu a révélé nos desseins, — et je suis plus désolé de mon crime que de ma mort. — Que je le paie de ma vie, — mais que Votre Altesse veuille me le pardonner (16).


CAMBRIDGE.

— Pour moi, ce n’est pas l’or de la France qui m’a séduit, — bien que je l’aie accepté comme un moyen — d’effectuer plus vite mes projets. — Mais Dieu soit loué de leur avortement ! — Je m’en réjouirai sincèrement au milieu même de mon supplice, — suppliant Dieu et vous de me pardonner.


GREY.

— Jamais sujet fidèle ne fut plus joyeux — de la dé-