Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le premier coup, je l’enfilerai jusqu’à la garde, foi de soldat !


PISTOLET.

— Voilà un serment d’une singulière puissance ! Il faut que la furie même se calme.

À Nym.

— Donne-moi ton poing, donne-moi ta patte de devant. — Ton énergie est immense. —


NYM.

Je te couperai la gorge un jour ou l’autre. En termes nets, voilà la morale de la chose.


PISTOLET.

— Me couper la gorge ! c’est ton mot !… Je te défie à nouveau. — Ô molosse de Crète, songerais-tu à prendre mon épouse ? — Non, va à l’hôpital, — puis de l’étuve d’infamie — retire cette lépreuse chouette de la race de Cresside, — la femelle nommée Dorothée Troue-Drap, et épouse-la : — j’ai et je veux garder pour ma femelle unique — la ci-devant Quickly. Et pauca, cela suffit. Va donc !

Entre le page de Falstaff.



LE PAGE.

Mon hôte Pistolet, il faut que vous veniez chez mon maître ; et vous aussi, l’hôtesse. Il est très-malade et s’est mis au lit… Bon Bardolphe, mets ton nez entre ses draps, pour faire l’office de bassinoire. Vrai, il est très mal.


BARDOLPHE.

Arrière, coquin !


MISTRESS QUICKLY.

Sur ma parole, il fera un pouding pour les corbeaux un de ces jours. Le roi lui a broyé le cœur… Cher époux, viens vite.

Sortent mistress Quickly et le page.