Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NYM.

Foin !


PISTOLET.

Foin de toi, chien d’Islande ! mâtin aux oreilles droites !


MISTRESS QUICKLY.

Bon caporal Nym, montre la valeur d’un homme et rengaine ton épée.


NYM, à Pistolet.

Voulez-vous détaler de céans ! J’ai affaire à vous solus.

Il rengaine son épée.

PISTOLET.

Solus, chien fieffé ! Ô vile vipère ! Ton solus, je le rejette à ta face monstrueuse, — dans tes dents, dans ta gorge, — dans tes odieux poumons ! oui, dans ta bedaine, morbleu ! — et qui pis est, dans ta salle bouche ! — Je te rétorque ton solus aux entrailles ! — Car je saurai faire feu ; le chien du Pistolet est armé, — et un jet de flamme va jaillir ! —


NYM.

Je ne suis point Barbason (13) ; vous ne sauriez m’évoquer. Je suis d’humeur à vous heurter passablement. Si vous me tenez un langage impropre, Pistolet, je vais, pour parler net, vous ramoner de mon mieux avec ma rapière. Si vous voulez sortir, je suis prêt, pour m’exprimer dans les meilleurs termes, à vous égratigner les boyaux : et voilà la morale de la chose.


PISTOLET.

— Ô vil fanfaron ! furibond maudit ! — La fosse est béante et les affres de la mort sont proches ! — Expire donc !

Pistolet et Nym dégainent et croisent l’épée.



BARDOLPHE, intervenant l’épée à la main.

Écoutez-moi, écoutez ce que je dis. Celui qui portera