Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/88

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BARDOLPHE.

Il est certain, caporal, qu’il est marié à Nell Quickly ; et certes elle s’est mal conduite envers vous ; car vous lui étiez fiancé.


NYM.

Je ne saurais dire : les choses sont comme elles peuvent être. Les gens peuvent s’endormir et avoir leur gorge sur eux à ce moment-là ; et, comme on dit, les couteaux ont des lames. On est comme on peut être. Quoique la patience soit une rosse fatiguée, elle n’en doit pas moins trottiner. Il faut des conclusions. Enfin, je ne peux rien dire.

Entrent Pistolet et mistress Quickly.



BARDOLPHE.

Voici venir l’enseigne Pistolet et son épouse !…

À Nym.

Bon caporal, de la patience ici !… Comment va, mon hôte Pistolet ?


PISTOLET.

— Vil acarus, tu m’appelles ton hôte ! — Ah ! je le jure par ce bras levé, ce titre-là me répugne ; — ma Nelly ne tiendra plus auberge.


MISTRESS QUICKLY.

Non, ma foi, pas longtemps. Car nous ne pouvons plus loger et prendre en pension douze ou quatorze damoiselles, vivant honnêtement de la pointe de leur aiguille, qu’on ne croie aussitôt que nous tenons une mauvaise maison.

Nym tire son épée.

Oh ! bonne Vierge ! le voilà qui dégaine ! Il va se commettre ici adultère et homicide volontaire ! Bon lieutenant Bardolphe !


BARDOLPHE.

Bon caporal, pas de menace ici !