Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’avoir voulu lâchement assassiner le roi, flétri publiquement et envoyé à l’échafaud. — Dans la première partie de Henry VI, paraît un personnage subalterne appelé sir John Falstaff ; ce Falstaff, fort couard, mais fort peu amusant, ne figure que dans un incident secondaire ! chevalier de la Jarretière, il est dégradé par Talbot et banni par le roi pour avoir lâché pied à la bataille de Patay et causé la défaite de l’armée anglaise. Dans Henry IV, sir John Falstaff est une figure capitale qui porte le poids de toute la partie comique du drame ; il ressemble à son homonyme par sa prudence exagérée, mais c’est là tout ; il n’était point du chapitre de la Jarretière, et, à moins d’être ressuscité par un miracle, il serait incapable de commettre une lâcheté sous le règne de Henry VI, étant mort tranquillement dans son lit sous le règne de Henry V. — Or, je le demande à tout critique de bonne foi, Shakespeare aurait-il donné au héros comique de Henry IV, le nom même d’un personnage historique qui figure dans Henry VI, s’il avait pu deviner qu’un jour Henry VI serait présenté comme la suite de Henry IV ? Eût-il provoqué de gaieté de cœur un tel quiproquo ? Eût-il volontairement établi et laissé subsister pour toujours une confusion que le plus simple changement de nom eût si facilement prévenue ? Je sais bien que, pour empêcher une méprise autrement inévitable, les éditeurs modernes se sont ingérés de modifier l’appellation du personnage qui paraît dans Henry VI et de le baptiser sir John Falstolfe. Mais cette désignation est une altération flagrante du texte original que j’ai sous les yeux, et qui donne au chevalier dégradé sous Henri VI le même nom qu’au compagnon de plaisir de Henri IV, sir John Falstaff. Il est donc évident qu’en insérant la première partie de Henry VI parmi les compositions authentiques de Shakespeare dans l’in-folio de 1623, Hé-